Lieux de recueillement religieux

Station 12

Übersichtsplan

Au bout de l’allée principale se trouvent différents lieux de recueillement religieux. Les bâtiments qui se trouvaient à cet emplacement à l’époque du camp de concentration furent rasés au début des années 60. La désinfection des vêtements, un élevage de lapins angora, la pépinière du camp et le bordel, dans lequel des femmes venues du camp de concentration de Ravensbrück étaient contraintes de se prostituer, se situaient à cet emplacement.

Todesangst Christi Kapelle – chapelle catholique

Dans le prolongement de l’allée centrale se trouve la chapelle catholique Todesangst Christi Kapelle. Ce fut le premier monument religieux construit en 1960 à l’initiative de Johannes Neuhäusler, ancien détenu et évêque de Munich. Elle fut inaugurée le 5 août 1960 dans le cadre du congrès eucharistique mondial et marqua le point de départ d’une réflexion sur la nécessité de fonder un mémorial à l’emplacement du camp de concentration.

L’architecte Josef Wiedemann la conçut comme un cylindre brisé représentant la libération de la détention par Jésus-Christ. Devant la chapelle se trouve une cloche de la mémoire qui sonne tous les jours à 15 heures.

Evangelische Versöhnungskirche

A gauche de la chapelle se situe l’Evangelische Versöhnungskirche, l’Eglise protestante de la réconciliation. Elle fut construite à l’initiative d’anciens détenus du camp de concentration de Dachau et inaugurée le 30 avril 1967. Le bâtiment fut conçu par l’architecte Helmut Strifler. Il se fond dans le sol du mémorial et conduit le visiteur en dessous de la surface du camp. Des escaliers le mènent vers un couloir étroit et sombre, qui s’ouvre sur un puits de lumière. Sa forme brisée et irrégulière se posent en contraste aux lignes rectangulaires du camp.

Mémorial juif

Le mémorial juif fut inauguré le 7 mai 1967. Il se situe à droite de la chapelle catholique. Le monument conçu par l’architecte Zvi Guttmann est fait de pierre de lave noire et conduit le visiteur sur une rampe dans la pénombre. Une ouverture dans le toit apporte cependant de la lumière dans l’édifice. Le monument est surplombé par une ménorah en marbre à 7 branches provenant de la ville de Peki’in en Israel. Selon la légende, cette ville aurait été toujours habitée par au moins un juif et symbolise la continuité du judaisme. A l’intérieur se trouve le „Ner Tamid“, la lumière éternelle. Le monument reprend l’image omniprésente du fil barbelé dans le camp de concentration. Sa rampe rappelle l’extermination des juifs d’Europe.

Le couvent „Heilig Blut“

Derrière les murs du camp, se situe le couvent de Carmélites „Heilig Blut“ dont on aperçoit le toit au-dessus des murs. Cet ordre religieux est voué à la prière en pardon de la souffrance et de la cruauté inhumaine. Il est possible d’accéder au couvent au moyen d’une porte située dans l’ancienne tour nord. La chapelle est ouverte aux visiteurs.

Chapelle russe-orthodoxe

La chapelle russe orthodoxe „Auferstehung unseres Herrn“ se trouve entre l’ancien camp de détenus et l’accès aux fours crématoires. La chapelle fut inaugurée le 29 avril 1995. La chapelle en bois a été conçue comme un octogone et a été construite sur un monticule de terre provenant en partie de l’ancienne Union soviétique. L’icône principale à l’intérieur de la chapelle montre un Christ ressuscité conduisant les détenus du camp hors de leurs baraquements vers une porte ouverte par des anges.

Historisches Bild

Image de la désinfection des vêtements. Photographé inconnu, après le libération.

Gegenwärtige Aufnahme

Image du lieux de recueillement religieux (2007)

Todesangst-Christi-Kapelle

Todesangst-Christi-Kapelle